L’énergie débordante de Faire à la Maroquinerie

Faire, c’est le petit groupe parisien qui ne se prend pas au sérieux et qui monte en puissance depuis ces derniers mois. Après un passage remarqué dans pas mal de festivals (entre autres, cette année, Paris Psych Fest, We Love Green, Biches Festival, les Eurockéennes, Dour, …) et des releases bien perchées (comme ça a été le cas à la Gare des Mines en juin dernier, à l’occasion de la sortie de leur dernier EP, C’est l’été), on avait franchement hâte de voir ce que ce concert allait donner ! En effet, plutôt habitués à des plus petites salles du style La Mécanique ou l’Alimentation Générale, c’était la première fois que le trio donnait un concert dans une plus grande salle, à savoir la Maroquinerie.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Faire, ce sont trois potes parisiens – Simon, Raphael et Romain – qui se sont lancés dans la musique en 2015. Ils sont notamment partis au Mexique afin de composer leurs EP (et, au passage, faire une tournée). C’est un groupe différent de ce que l’on a l’habitude de voir sur la scène musicale (avec une bonne grosse dose de second degré) et c’est notamment pour cette raison qu’ils méritent leur succès de plus en plus grandissant. On retient du groupe auto-proclamé « Gaule Wave » leur énergie débordante et communicative sur scène, leur esthétique ultra-poussée (avec du 100% DIY, autant dans leurs vêtements que dans leurs EP, qu’ils auto-produisent eux-mêmes ou que dans leurs clips, complètement barrés) et bien sûr, leur musique, dont on ressent les influences psychédéliques, électro, rock voire même punk. Le groupe qui a récemment signé chez Microqlima (label qui regroupe L’Impératrice, Isaac Delusion ou encore Pépite) nous préparait donc un concert bien ficelé ce 28 novembre à la Maroquinerie en nous présentant leurs différents EP (dans l’ordre : Faire (2015), Savoir (en 2016), Le Tamale (2017), C’est l’été (2017)).

Arrivée trop tard pour voir la première partie de Lulu Van Trapp (mais selon les échos, c’était pas mal), je vais plutôt me concentrer sur le concert que nous a concocté le trio. Ils nous avaient promis un concert légendaire et de l’huile sur le corps, et effectivement, on peut dire qu’ils ont réussi leur pari. Comme à leur habitude, le groupe était entouré de leurs amis sur scène et a, surtout, réussi à mettre en transe tout le public, venu en masse. Avec leur incroyable énergie – voire même rage –, Faire nous a offert un concert qui a duré près de deux heures, en alternant des chansons de leurs quatre EP.

Entre pogos à foison et distribution de sucettes (mention spéciale, à toi, « Mickey », qui as dû avoir la voix bien cassée à la fin du concert), le groupe a réussi à nous emmener dans leur univers survolté, très coloré.

Côté chansons, on a pu écouter beaucoup de leurs titres, aux noms essentiellement féminins, que ce soit Anastasia, Christiane, Entres amies, Jim, de leur dernier EP : Pas des putes, Ma Méditerranée ou encore les très attendus Mireille se rappelle et Marie Louise, qui a fait l’été de plus d’un (titre plusieurs fois demandé par le public, d’ailleurs). Le groupe a également joué pour la plusieurs fois sur scène Annie, morceau très entraînant, présent dans leur deuxième EP (Savoir). Seul petit « regret » (avec des gros guillemets parce que c’était vraiment un très bon concert) ? Qu’ils n’aient pas joué Henri Border, un de mes petits préférés du dernier EP.

En bref, Faire nous a encore une fois montré (même si je ne pense pas qu’ils aient encore quelque chose à prouver) qu’ils sont capables de mettre une foule entière en délire avec des titres convaincants. Et puis, surtout, comme à chaque fois que j’ai eu l’occasion de les voir sur scène, grâce à leur simplicité et leur proximité du public, on avait plus l’impression d’être à une grosse fête entre copains et c’est ça qui fait leur différence et qui fait que le groupe a un bel avenir devant lui ! C’est tout ce que l’on leur souhaite en tout cas !

En attendant la sortie d’un véritable album, cette fois-ci, voici une petite liste des chansons de leurs différents EP (à découvrir très très vite, si ce n’est pas encore fait !)

Faire :

Entre amies

Pais

Telescope

 

Savoir :

Jim

Annie

Christiane

Kabale

 

Le Tamale :

Mireille se rappelle

Anastasia

Sisi

Venue

Bonne

Mine

Verge Singétorix

 

C’est l’été :

Marie Louise

Pas des putes

Henri Border

Ma Méditerranée

Noïzette

Ribambelle

 

Et voici le lien pour commander leurs EP, en version numérique ou vinyle (si vous voulez avoir une photo de leurs fesses en bonus, il faut commander le vinyle de C’est l’été, oui oui.)

Article de Marie Courtois et photos de Steph Vanou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*