Catherine Ringer envoûte le zénith de Pau

       Ce samedi 21 avril, la scène du zénith de Pau a reçu la grande Catherine Ringer, fondatrice et chanteuse mythique du groupe Les Rita Mitsouko créé en 1979 mais qui a pris fin lors du décès de son duo, Fred Chichin en 2007. Cependant la soirée a débuté avec un groupe du nom de Baribal, un duo palois formé en 2015 par Olivier Apat et Damien Bec. Ces deux artistes, au style musical folk rock naturaliste, nous présente leur univers le temps de quelques chansons. L’écriture poétique et philosophique d’Olivier nous transporte accompagné par sa guitare ainsi que le clavier et le violon de Damien. Le public sera attentif et à l’écoute de ces sonorités planantes et mélancoliques qui apparaissent dans leur premier EP sorti en janvier 2017 et intitulé « Loin de Walden », cette ville faisant référence à une partie de la vie du philosophe naturaliste américain du XIXe siècle, Henri David Thoreau.

Par la suite, après une entracte de plusieurs dizaines de minutes, Catherine accompagnée de ses musiciens déjà en place, apparaît sur scène. La voilà vêtu d’une combinaison rouge, coiffée d’une tresse tombante ainsi qu’un turban. Elle entame dans un premier temps le concert avec ses chansons « Sénior », « Como va », « Rock de nuit » puis « Un bien bel homme » et bien d’autres de son dernier album appelé « Chroniques et fantaisies » tout ceci passant par différents styles, bossa nova ou encore rock. Le public est ravi, crie son nom et l’applaudit. Il y a eu également des titres de son précédent album « Ring n’roll » notamment « Punk 103 » où le zénith s’est illuminé de différentes couleurs suivant les paroles de la chanson dont Catherine esquissait la marche et le salut militaire.

La seconde partie du concert était plus orientée Rita Mitsouko, notamment avec les chansons plus connues comme « Don’t forget the night », « Singing in the shower » et s’en est suivi les plus grands hits dont « Andy », « Marcia Baila », « Le petit train » et aussi « Alors c’est quoi », dans une version électro dynamique qui remua les foules. Le public tout entier danse, bras en l’air, se laissant porter et envoûter par cette ambiance vibrante.

Le personnage atypique séduit les spectateurs par son originalité. Toujours égale à elle même, elle garde son côté décalé ; sacrée bonne femme.

Laisser un commentaire