Christophe Willem nous offre un show exceptionnel Salle Pleyel

Didier

Photographe passionné depuis…..fort longtemps, j’ai découvert l’univers festif des concerts au niveau photographique qu’en 2016

Nous n’avons pas l’habitude des concerts qui commencent de bonne heure, il est tout juste 18h00 quand arrive sur la grande scène de la Salle Pleyel « IGIT » de son vrai nom Antoine Barrau. Celui-ci assure la première partie des concerts de la tournée de Christophe Willem.


« IGIT » est auteur, compositeur et interprète, il sort en 2012 un album de 12 titres « Tombez tambours et autres vagues confidences ». En 2014 il participe à la saison 3 de « The Voice » dans l’équipe de Garou, il ira jusqu’en demi-finale. En 2017 sort son 2ème album « Jouons », il contient le titre « Noir et Blanc » en duo avec Catherine Deneuve. En janvier 2018 il participe à Destination Eurovision avec le titre « Lisboa Jérusalem », il échouera en finale devant le duo “Madame Monsieur”.
Ce soir il nous entraîne aux rythmes de ses ballades dont il a le secret avec son chapeau vissé sur sa tête. Il n’est pas sans nous rappeler un autre chanteur bien connu, Jacques Brel. http://www.igitmusic.com/

Il est près de 18h50 lorsqu’apparait sur scène Christophe Willem, il n’a pas changé depuis que nous l’avions vu sur la petite scène des « Etoiles », sa forme longiligne se déplace tout en souplesse sur cette grande scène à sa mesure. Le show man est de retour, le public le ressent, nous n’attendons pas 3 chansons avant que celui-ci se mette debout comme un seul homme pour acclamer l’artiste. Ces premières minutes augurent d’un grand spectacle. Christophe nous charme tout d’abord avec « Copacabana », la chanson d’ouverture de son dernier disque « Rio » sorti le 29 septembre dernier, puis les titres s’enchaînent jusqu’au 6ème titre « Madame ». Celui-ci est un hommage à Madame Latifa Ibn Ziaten, mère d’un militaire assassiné par Mohammed Merah à Toulouse. Coup de théâtre Madame Latifa Ibn Ziaten se trouve ce soir dans la salle, le public se lève pour l’acclamer pendant plusieurs minutes, puis il y a un grand silence, l’émotion est à son comble lorsque Christophe entame les premiers mots de la chanson, les mots résonnent dans la salle et ne laissent personne indifférent, certains baissent la tête, d’autres pleurent.

A la fin, c’est un tonnerre d’applaudissement qui ponctue cette magnifique chanson. Puis les titres s’enchaînent avec des parties dansantes pour la plus grande joie du public, des moments d’émotions et de belles ballades dont un titre chanté en portugais.

Ses tubes ne sont pas oubliés, nous pouvons écouter « Loue ange », « Berlin », « Jacques A Dit », « Double Je », et bien d’autres encore. Nous avons assisté à un magnifique concert qui a duré plus de 2h15, un seul bémol, si la salle Pleyel bénéficie d’une magnifique acoustique et se prête à merveille pour les douces mélodies de Christophe, le côté pratique de cette configuration assise n’est pas adapté du tout au répertoire de Christophe, qui se prête plus à danser qu’à chanter. Résultat, le public est resté debout une bonne partie du spectacle, mais n’a pas pu participer pleinement, gêné par les imposants fauteuils. Nul doute que le Zénith aurait mieux convenu au public. Nous retrouverons une nouvelle fois avec un immense plaisir Christophe Willem Salle Pleyel le 02 décembre 2018, il terminera sa tournée à Tours le 21 décembre 2018. 

https://www.christophewillem.com/

Laisser un commentaire