DSC 5103 - Don Felder : de l'American Rock 'N' Roll au Café de la danse (21 septembre 2019)

Don Felder : de l’American Rock ‘N’ Roll au Café de la danse (21 septembre 2019)

Si son nom ne vous dit rien (on vous excuse pour cette fois), il me suffira de vous faire écouter quelques notes d'”Hôtel California” pour vous le resituer. Donald William Felder, dit Don Felder, fut en effet le guitariste soliste des Eagles pendant de nombreuses années (de 1974 à 2001).

Musicien autodidacte faute de pouvoir se payer une école de musique, il est très influencé par le Rock’N’ Roll à l’instar de l’une de ses idoles Elvis Presley. La découverte à la télé de ce dernier alors qu’il était encore enfant fut en effet un vrai déclencheur de vocation. Ce n’est qu’assez tard en travaillant pour une école de musique qu’il apprend la théorie et les fondamentaux de la musique. A peu près à la même époque, il rencontre Bernie Leadon qui remplace un des musiciens du groupe qu’il avait créé un peu avant : “The Continentals”, devenu ensuite “Quintet Maundy”. Après la séparation de la formation, Don Felder poursuit sa route en participant à différents projets.

Ce n’est qu’en 1974 qu’il retrouve Bernie Leadon fondateur des Eagles, pour des enregistrements de sons de guitare sur les chansons “Good Day in Hell” et ” “Been Gone” avant d’intégrer définitivement le groupe. Cette intégration arrive alors même que les Eagles opéraient un virage d’esthétique en passant de la country à des sons plus rock. Bernie Leadon laisse sa place à Joe Walsh l’année suivante.

C’est ainsi que les Eagles adoptent leur composition telle qu’on la connait le plus : celle qui a donné vie à l’ère d’Hôtel California. Malgré un succès bien au rendez-vous, les tensions internes ont raison du groupe. qui se sépare en 1980. Ce ne sera que 14 ans plus tard, suite au succès d’un album hommage “Common Thread: Songs of The Eagles” que les Eagles décident de se reformer. En 2001, l’aventure prendra fin pour Don Felder dans des circonstances assez tumultueuses.

La première séparation des Eagles est l’occasion pour Don Felder de se consacrer à sa carrière solo. Il le fait d’abord à travers les musiques de film et le travail en studio. Puis, en 1983, il sort son premier album solo “Airborne”. Il faut attendre le 9 octobre 2012 pour avoir le droit à un second album solo “Road to Forever”. Depuis, il part régulièrement en tournée avec le “Don Felder Band”.

2019 a été l’occasion pour lui de présenter un 3ème album “American Rock ‘N’ Roll” et de le défendre sur scène comme le 21 septembre dernier au Café de la Danse, accompagné de David Myhre à la guitare, Bruce Atkinson à la basse, Timothy Drury au clavier et Steve DiStandislao à la batterie.

7139VwP63NL. SY355  300x300 - Don Felder : de l'American Rock 'N' Roll au Café de la danse (21 septembre 2019)

Dans ce dernier album, il s’est offert la collaboration de noms tels que Sammy Hagar, Slash, Richie Sambora, Orianthi, Peter Frampton, Joe Satriani, Mick Fleetwood, Chad Smith, Bob Weir, David Paich, Steve Porcaro, Alex Lifeson et Jim Keltner…

Si aucun n’était présent samedi soir, le concert n’en fut pas moins très réussi. Il y régnait une belle énergie de groupe et une vraie osmose avec le public. Rien n’aurait pu entacher cette belle soirée d’anniversaire (72 ans pour Don Felder), pas même le léger couac technique avec l’une des guitares sur « Rock You » (morceau sur lequel joue habituellement Joe Satriani). Les beaux solos de guitare et la voix suave de Don Felder, savamment mise en harmonie avec celles de son bassiste et de son guitariste, étaient un vrai régal ! Le temps est passé beaucoup trop vite.

Setlist :

(légèrement raccourcie en pratique sauf erreur de ma part)

Already Gone, One of These Nights, Pride & Joy, Victim of Love, American Rock’N’Roll, Peaceful Easy Feeling, Tequila Sunrise, Seven Bridges Road, Intros, Those Shoes, Rock You, Heavy Metal, Witchy Woman, The Long Run, Heartache Tonight, Life In The Fast Lane, Take It Easy, Hotel California, Bows Playoff.

La première partie était assurée par Norman Would dont l’univers folk/americana est à découvrir ici. Il a ouvert avec brio la soirée et nous vous invitons à y pencher une oreille.

Les photos sont non libres de droits

Norman Would (1ère partie)

Don Felder et son band

Laisser un commentaire