Jay Jay Johanson 7 e1557761656376 - Jay-Jay Johanson fait son retour au Café de la Danse

Jay-Jay Johanson fait son retour au Café de la Danse

Me suivre

Flo Sortelle

Photographe de concerts et de spectacles en général. Plutôt électro, pop, rock et jazz.
Intérêt également pour la photographie d'architecture, le corporate, le reportage et l'événementiel : http://www.flosortelle.com
Flo Sortelle
Me suivre

Les derniers articles par Flo Sortelle (tout voir)

Mercredi Jay-Jay Johanson a ouvert la première soirée du festival “Clap your hands” organisé par le Café de la Danse. C’était l’occasion de présenter son nouvel album (le 12ème) sorti en avril 2019 : Kings cross.

Affiché complet, le concert a commencé avec une première partie BlauBird, groupe constitué de Laure Slabiak à la voix douce et puissante et d’Olivier Slabiak (leader du groupe Les yeux noirs) qui l’accompagne à la guitare et au violon.
Des chants d’oiseaux, des croassements de grenouilles, on commence avec “Dans ce jardin” pour entrer dans un univers poétique et onirique teinté de folk et de boucles électro, de violon et de guitare. Une belle découverte avec des morceaux en français, en anglais, un poème de William Blake “Cradle Song” et même un morceau en yiddish “On Levouch”. Un groupe à suivre de près.

Changement de plateau puis un géant suédois entre en scène, verre et setlist à la main.
Applaudissements et il commence avec “Not Time Yet », le 1er titre de son dernier album. Il interprétera de nombreux titres de ce 12ème album comme “Smoke” ou le déjà tube “Heard Somebody Whistle” mais passera aussi en revue les morceaux plus anciens comme “Tomorrow”, “She’s Mine But I’m Not Hers” en piano-voix, “I’m Older Now” à capella, “Believe in Us”.

A la fois timide et souriant, il communique avec le public d’une manière très touchante. Son univers est riche et oscille entre le jazz, le trip-hop et la pop, on sent aussi des influences classiques à certains moments. Bref c’est beau et sa voix de velours séduit obligatoirement.

Le concert passe très rapidement et il n’hésitera pas à serrer les mains des premiers rangs et même à descendre dans la fosse pour quelques chaleureuses accolades.

Une fois le matériel rangé, Jay-Jay ira au bar retrouver ses fans pour dédicacer ses disques. Un grand bonhomme que ce crooner suédois !

Et je suis repartie en sifflant “I Heard Somebody Whistle”…

Laisser un commentaire