Rock en Seine, l’excentrique

Clémence Rougetet

Photojournaliste nantaise infiltrée à Paris.

Les derniers articles par Clémence Rougetet (tout voir)

CADRE: du vendredi 25 au dimanche 27 août, le Festival Rock en Seine a fêté sa quinzième bougie au Domaine National de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), près de Paris. Fort de ses six scènes, l’ultime gros rendez-vous musical francilien (après le Download Festival, Solidays, We Love Green, Fnac Live et Lollapalooza) a proposé une affiche éclectique où se sont côtoyés têtes d’affiches et nouveaux talents.

 

FRÉQUENTATION : 110.000 festivaliers ont foulé la pelouse du Domaine. Seule la journée du samedi avait été annoncée comme complète par l’organisation.

 

POINT MÉTÉO : soleil et températures estivales ont pris place dans les allées du festival.

 

TEMPS FORTS :

  • Les Écossais Franz Ferdinand, fidèles à Rock en Seine, ont répondu présent le premier soir sur la scène principale. Pendant plus d’une heure, la “British Band” a pioché dans sa discographie rock, tandis que la nuit tombait doucement sur Paris.
  • PJ Harvey fait partie des ces artistes à avoir participé à la première édition en 2003. En grande prêtresse, elle a investi la grande scène après The Kills samedi soir. Autre moment fort de cette seconde journée, la performance du groupe Her, malgré le décès de Simon Carpentier, cofondateur du duo. Sans oublier Jain, dont son passage à Rock en Seine clôture ses deux ans de tournée.
  • L’ultime journée s’est révélée plus éclectique. Pour sa quinzième bougie, l’organisation a convié le groupe de rap américain Cypress Hill. En amont, après plusieurs années de silence, George Ezra a enchaîné anciens et nouveaux titres, extraits de son album qui sortira prochainement. Pour clore en beauté, le duo The XX et sa partition électro-rock ont assuré le spectacle.

 

LES PLUS :

  • Le décor
  • La programmation éclectique et voyageuse (pop, rock, électro, soul, rap et musiques du monde)
  • 75 groupes environ présentés en 3 jours

 

LES MOINS :

  • Ambiance aléatoire en fonction des artistes présents
  • La mutation économique s’en ressent partiellement sur la programmation. Pour info, cette quinzième année de Rock en Seine est une édition de “transition”, car il s’agit de la première dirigée par l’homme d’affaires Matthieu Pigasse. Certes, François Missionnier est toujours à la tête du festival, mais ses deux fidèles programmateurs (Christophe Davy & Salomon Hazot) ont quitté l’aventure.

 

ET APRÈS? Rendez-vous en 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*