MILES KANE : COUP DE GRACE A LA CIGALE

MILES KANE : COUP DE GRACE A LA CIGALE

Les derniers articles par Marie Courtois (tout voir)

Ce jeudi 4 novembre, Miles Kane venait présenter son dernier album sorti cette année, issu d’une rupture amoureuse douloureuse, Coup de grâce, signé sur le label Columbia Records. L’album a été composé avec l’aide de Jamie T et Lana del Rey, un album simple et précis de 8 titres.

 

Le concert de Miles Kane était un événement attendu dans la capitale : rapidement sold out,  les fans se sont déplacés en masse à la Cigale. Et pour cause : l’Anglais n’avait plus fait de concerts solo à Paris depuis 2013, après la sortie de son deuxième album, Don’t forget who you are.

L’acolyte d’Alex Turner des Arctic Monkeys (venu en mai dernier pour deux concerts exceptionnels au Zénith de Paris) – avec qui il a formé The Last Shadow Puppets – était donc très attendu …

Kane arrive sur scène, maquillé et acclamé par une foule compacte, pour la plupart, armée de t-shirts siglés du logo des Last Shadow Puppets ou de tote-bags  Arctic Monkeys. Il commence son concert, plutôt court, à peine une heure mais d’une belle puissance, avec un titre tiré de son dernier album : too little too late. Une première chanson efficace qui réveille aussitôt les spectateurs.

 

Sur des riffs effrénés, Miles Kane et ses musiciens enchaînent des morceaux de ses trois albums persos tels que le remuant Inhaler ou le plus doux Loaded.

Ensuite, surprise … Comme cela avait déjà été le cas lors de son dernier concert solo parisien, un guest-star de marque arrive sur scène, devant une foule – littéralement hystérique – en découvrant les traits d’Alex Turner, venu le temps d’une chanson, Standing next to me, faire revivre The Last Shadow Puppets. Une belle complicité se dégage sur scène entre les deux chanteurs pour le plus grand bonheur du public. En effet, l’ambiance est à son comble dans la salle déjà moite de la Cigale. Les spectateurs reprennent en chœur les paroles du titre qui a fait découvrir les Last Shadow Puppets, sur leur tout premier album, The Age of the Understatement, paru il y a 10 ans et qui n’a pas pris une ride.

Alex Turner repart comme il est arrivé sur scène, avec nonchalance, relaissant la vedette à son ami de toujours, Miles Kane. Celui-ci laisse le public se remettre de toutes ces émotions avec la très jolie balade Colour of the Trap, issue de son premier album éponyme.

Jusqu’à la fin du concert, Miles Kane propose à son public un concert de qualité, avec une reprise, Hot Stuff de Donna Summer et un panel de ses plus beaux titres tels que Rearrange, Coup de Grace ou encore Don’t forget who you are, auquel le public est invité à chanter avec lui et se termine sur l’énergique et puissant Come Closer.

Alors que le public attend énergiquement un rappel de la part de l’Anglais, celui-ci ne réapparaîtra pas sur scène : il faut le comprendre, pendant une heure, Miles Kane a offert un véritable show, généreux avec son public et se donnant à 100% sur chacun de ses titres.

 

SET-LIST :

  • Too Little Too Late
  • Inhaler
  • Silverscreen
  • Cry on My Guitar
  • Loaded
  • Standing Next to Me
  • Colour of the Trap
  • Counting Down the Days
  • Wrong Side of Life
  • Killing the Joke
  • Rearrange
  • Don’t Forget Who You Are
  • Hot Stuff (Donna Summer cover)
  • Coup de Grace
  • Come Closer

 

Pour se procurer son dernier album : https://www.mileskane.com/ 

Les derniers articles par Marie Courtois (tout voir)

Ce jeudi 4 novembre, Miles Kane venait présenter son dernier album sorti cette année, issu d’une rupture amoureuse douloureuse, Coup de grâce, signé sur le label Columbia Records. L’album a été composé avec l’aide de Jamie T et Lana del Rey, un album simple et précis de 8 titres.

 

Le concert de Miles Kane était un événement attendu dans la capitale : rapidement sold out,  les fans se sont déplacés en masse à la Cigale. Et pour cause : l’Anglais n’avait plus fait de concerts solo à Paris depuis 2013, après la sortie de son deuxième album, Don’t forget who you are.

L’acolyte d’Alex Turner des Arctic Monkeys (venu en mai dernier pour deux concerts exceptionnels au Zénith de Paris) – avec qui il a formé The Last Shadow Puppets – était donc très attendu …

Kane arrive sur scène, maquillé et acclamé par une foule compacte, pour la plupart, armée de t-shirts siglés du logo des Last Shadow Puppets ou de tote-bags  Arctic Monkeys. Il commence son concert, plutôt court, à peine une heure mais d’une belle puissance, avec un titre tiré de son dernier album : too little too late. Une première chanson efficace qui réveille aussitôt les spectateurs.

 

Sur des riffs effrénés, Miles Kane et ses musiciens enchaînent des morceaux de ses trois albums persos tels que le remuant Inhaler ou le plus doux Loaded.

Ensuite, surprise … Comme cela avait déjà été le cas lors de son dernier concert solo parisien, un guest-star de marque arrive sur scène, devant une foule – littéralement hystérique – en découvrant les traits d’Alex Turner, venu le temps d’une chanson, Standing next to me, faire revivre The Last Shadow Puppets. Une belle complicité se dégage sur scène entre les deux chanteurs pour le plus grand bonheur du public. En effet, l’ambiance est à son comble dans la salle déjà moite de la Cigale. Les spectateurs reprennent en chœur les paroles du titre qui a fait découvrir les Last Shadow Puppets, sur leur tout premier album, The Age of the Understatement, paru il y a 10 ans et qui n’a pas pris une ride.

Alex Turner repart comme il est arrivé sur scène, avec nonchalance, relaissant la vedette à son ami de toujours, Miles Kane. Celui-ci laisse le public se remettre de toutes ces émotions avec la très jolie balade Colour of the Trap, issue de son premier album éponyme.

Jusqu’à la fin du concert, Miles Kane propose à son public un concert de qualité, avec une reprise, Hot Stuff de Donna Summer et un panel de ses plus beaux titres tels que Rearrange, Coup de Grace ou encore Don’t forget who you are, auquel le public est invité à chanter avec lui et se termine sur l’énergique et puissant Come Closer.

Alors que le public attend énergiquement un rappel de la part de l’Anglais, celui-ci ne réapparaîtra pas sur scène : il faut le comprendre, pendant une heure, Miles Kane a offert un véritable show, généreux avec son public et se donnant à 100% sur chacun de ses titres.

 

SET-LIST :

  • Too Little Too Late
  • Inhaler
  • Silverscreen
  • Cry on My Guitar
  • Loaded
  • Standing Next to Me
  • Colour of the Trap
  • Counting Down the Days
  • Wrong Side of Life
  • Killing the Joke
  • Rearrange
  • Don’t Forget Who You Are
  • Hot Stuff (Donna Summer cover)
  • Coup de Grace
  • Come Closer

 

Pour se procurer son dernier album : https://www.mileskane.com/ 

Contributors

Je suis le créateur du site, en compagnie de Stéphane. Passionné de photo, féru d'internet, je m'occupe des photographes et rédacteurs de la région parisienne
   

Laisser un commentaire