Ringo Starr ou une légende à Paris

Ringo Starr ou une légende à Paris

Flo Sortelle
Me suivre

Flo Sortelle

Photographe de concerts et de spectacles en général. Plutôt électro, pop, rock et jazz.
Intérêt également pour la photographie d'architecture, le corporate, le reportage et l'événementiel : http://www.flosortelle.com
Flo Sortelle
Me suivre

Le 6 juin c’était un peu la journée Ringo Starr à Paris avec le lancement de sa tournée européenne à l’Olympia.

Ringo Starr, Richard Starkey de son vrai nom, fut l’emblématique batteur des Beatles. Il est l’un des deux Beatles encore vivant avec Paul McCartney.

Tout d’abord, Concertmag était présent à la conférence de presse donnée pour l’occasion dans le très bel hôtel le Mandarin Oriental.

Excellent accueil et du beau monde des médias (français et étrangers) dans la salle prévue à cet effet, une ambiance presque intimiste !

Les membres du All Star Band (groupe formé par Ringo depuis 1989) arrivent les uns après les autres (Colin Hay de Men At Work, Graham Gouldman de 10cc, Steve Lukather de Toto, Gregg Rolie de Santana, Warren Ham et le batteur Gregg Bissonette) pour finir avec un Ringo Starr en grande forme qui lève les bras et fait le signe V de la victoire en arrivant.

Un bref Photocall puis tout le monde s’assoit pour répondre aux questions des journalistes.

Ringo Starr y parlera de son amour pour la scène, dira qu’il est avant tout un batteur mais qu’il aime également être sur le devant de la scène pour chanter, abordera le concert des Beatles à l’Olympia, ses 2 concerts prévus en Israel et élargira à la paix dans le monde.

Jovial et très sympathique, tout se fera dans la bonne humeur, bref 30 minutes magiques en tout et pour tout.

Ce n’est pas terminé puisque le soir même je me rends à l’Olympia pour l’unique concert parisien de l’ex Beatle et de ses acolytes.

Une première partie d’une vingtaine de minutes assurée par Gaelle Buswell accompagnée de Steve Belmonte à la batterie et Michaal Benjelloun à la guitare. Visiblement heureuse et très impressionnée de faire cette première partie, on image bien qu’elle n’est pas prête d’oublier cette date. Des inspirations seventies, blues, rock, une voix puissante, de la spontanéité, un beau moment de musique pour ouvrir cette soirée exceptionnelle.

Toujours les bras levés et le signe V de la victoire, Ringo Starr arrive au pas de course sur la scène, devant un public qui se lève pour l’occasion et restera debout durant toute la durée de la première chanson : Matchbox de Carl Perkins. Suivra It don’t come easy puis Ringo s’installera à la batterie pour Dreadlock Holiday de 10cc.

Ce n’est pas moins d’1h45 de concert et 22 chansons que le groupe jouera devant un public de tous âges, les uns fans des Beatles depuis le début, d’autres ayant découvert Ringo Starr un peu plus tard et des plus jeunes qui découvrent la richesse du répertoire des Beatles et de Ringo Starr en solo.

Le groupe composé de pointures n’est certes plus tout jeune mais ils ont envoyé du lourd et ont offert au public un moment d’anthologie.

 

 

La set list :

Matchbox
It Don’t Come Easy
Dreadlock Holiday
Evil Ways
Rosanna
Down Under
Boys
Don’t Pass Me By
Yellow Submarine
I’m Not in Love
Black Magic Woman/Gypsy Queen
You’re Sixteen
Anthem
Who Can It Be Now?
The Things We Do for Love
Oye como va
I Wanna Be Your Man
Hold the Line
Photograph
Act Naturally
With a Little Help From My Friends
Give Peace a Chance

Laisser un commentaire