Soirée Métal à l’Olympia avec Architects

Soirée Métal à l’Olympia avec Architects

Flo Sortelle
Me suivre

Flo Sortelle

Photographe de concerts et de spectacles en général. Plutôt électro, pop, rock et jazz.
Intérêt également pour la photographie d'architecture, le corporate, le reportage et l'événementiel : http://www.flosortelle.com
Flo Sortelle
Me suivre

Dimanche soir à l’heure des coups de blues annonçant le début d’une nouvelle semaine, l’Olympia était plein à craquer de jeunes et moins jeunes métalleux ayant décidé de terminer le week end en beauté pour aller voir et écouter Architects.
Architects mais également les deux premiers groupes ouvrant la soirée : Polaris et Beartooth.

A 20h00 c’est donc Polaris qui débarque sur la scène avec son tonitruant chanteur au sweat jaune Jamie Hails.
Ce groupe de metalcore composé de 5 garçons originaires de Sydney a donné le ton dès le début et chauffé la salle. Après un premier EP autoproduit en 2016 “Guilt & The Grief”, ils ont sorti leur album “The Mortal Coil” en 2017. Grosse ambiance avec des mains qui se lèvent, les téléphones qui s’illuminent à la demande du chanteur et un public acquis d’avance.

Petite pause le temps d’un changement de plateau et Beartooth entre en scène à 20h50.

Beartooth est un groupe punk hardcore américain formé par Caleb Shomo en 2012. Dans la même lignée, c’est à la fois plein de rage et de violence mais également très mélodique (petit coup de coeur). Cinq garçons également qui viennent de sortir leur troisième album “Disease” en septembre 2018.

Re-changement de plateau, le temps pour les uns d’aller boire une bière ou de passer au Merch acheter un tee shirt. Bonne ambiance, les fans des premiers rangs commencent à crier, chantent, les lumières s’éteignent et arrive le groupe Architects.

Les cinq britanniques d’Architects viennent de sortir leur huitième album pour lequel ils effectuent cette tournée “Holy Hell” (le premier album “Nightmares” date de 2006). A noter une très belle scénographie et des jeux de lumières époustouflants en plus de musiciens très techniques, de la voix magique de Sam Carter et d’un public chaud bouillant et très cool.

Laisser un commentaire