2450 1 35 920x425 - Bien barré ... Doré, on adore

Bien barré … Doré, on adore

19691462 10213932553850663 1888235366 n - Bien barré ... Doré, on adore
Les derniers articles par Patricia Pireyre (tout voir)
C’est avec le Groupe Dame Civile, en 1ère partie, que la soirée a débuté.
 
Puis, avec sa voix suave, chaude, enveloppante, Julien Doré, très drôle, très taquin a fait un triomphe au Parc Expo de Tours avec un spectacle monumental après 4 ans d’absence.
 
Tous les ingrédients étaient réunis pour que le partage soit total entre l’Artiste qui jongle entre humour, cool attitude, maîtrise, douceur et son public sur un petit nuage.
 
En rassemblant les familles sur plusieurs générations, les nombreux spectateurs enthousiastes, ravis, heureux, plongeaient tête la première dans l’univers du crooner à la crinière «  dorée « , chantaient, ondulaient durant près de 2 heures. 
 
Une parenthèse un peu folle, acidulée, vitaminée. C’était thème décontracté, costume rose bonbon ajusté, bottines à semelles rouges aux pieds, ce samedi 4 juin. Pour fêter ces 15 ans de scène, l’Artiste a présenté son Show comme une ode à la féminité avec « Aimée  » nom de son 5ème album, mais également de sa mère, dédié à sa grand-mère centenaire.
 
Proche de la scène, entre effets spéciaux, décors, vidéos, piano qui se promène, toujours avec bienveillance, respect, Julien Doré, malicieux, très glamour, d’une démarche sûre et féline, n’a pas hésité à faire chanter son public, leur a offert une bulle de bonheur, une bouffée de vie, remplie d’autodérision, de surprises, de drôlerie, en transformant la salle en une marée humaine Ô lumières ondulantes. Une scénographie qui en a mis plein les mirettes.
 
Assister au concert de Julien Doré, c’est se laisser embarquer dans un voyage sensuel, ensorcelant, se laisser porter par son imagination débridée au Pays des merveilles. 
 

Une ovation salue Simone et Jean-Marc, ses chiens, désormais à l’image. Stars des réseaux et de l’univers du chanteur, intégrés dans des visuels aux dominantes roses et bleues, les bergers suisses se font choristes de choix pour un « Waf » d’anthologie. Le concert bascule dans une autre dimension.

On s’amusait, voilà qu’on délire alors qu’il décolle sur un tapis volant, monté sur vérins et comme posé sur un coussin de fumée. Le voici surfeur de nuages au côté de ses chiens filant sur un cumulus en plein ciel. « Oh-la-la, viens, on s’accoude aux étoiles/On a fait le tour de Verlaine et de Kafka », il s’élève encore, direction l’espace, croisant astres et satellites, un chien volant et un chat aux yeux en cœur, une licorne ou un dinosaure…

Sur fond de plage tropicale, il le « Coco Câline » son public, indiquant la température sur une fausse carte météo : 47 °C ! Surgit alors un panda qui fait à son tour danser la foule. Plus tard, ce sera un dinosaure, un bestiaire tout droit sorti de ses clips. En servant son « Chou Wasabi » d’une voix de velours, il fait encore monter la chaleur, tombant la veste pour enfiler, tous muscles saillants, un veston du même rose…

S’ouvre une page plus intimiste, moment en suspension. Une haie de nuages se forme en fond tandis qu’il entame « Moi Lolita ». Viennent les « Sunlight » de Gilbert Montagné et bien sûr « Aline » de Christophe, incontournable de ses concerts, que la salle reprend. On frissonne. Après « Kiki », lettre aux jeunes générations oscillant entre abattement et espoir, il plonge avec « Corbeau Blanc » dans la noirceur, offrant à ce titre aux accents suicidaires des tableaux d’une intensité abyssale.

Merci du fond du cœur les amis d’être là ce soir, un peu pour moi, un peu pour nous, et de me donner autant.

 

19691462 10213932553850663 1888235366 n - Bien barré ... Doré, on adore
Les derniers articles par Patricia Pireyre (tout voir)
C’est avec le Groupe Dame Civile, en 1ère partie, que la soirée a débuté.
 
Puis, avec sa voix suave, chaude, enveloppante, Julien Doré, très drôle, très taquin a fait un triomphe au Parc Expo de Tours avec un spectacle monumental après 4 ans d’absence.
 
Tous les ingrédients étaient réunis pour que le partage soit total entre l’Artiste qui jongle entre humour, cool attitude, maîtrise, douceur et son public sur un petit nuage.
 
En rassemblant les familles sur plusieurs générations, les nombreux spectateurs enthousiastes, ravis, heureux, plongeaient tête la première dans l’univers du crooner à la crinière «  dorée « , chantaient, ondulaient durant près de 2 heures. 
 
Une parenthèse un peu folle, acidulée, vitaminée. C’était thème décontracté, costume rose bonbon ajusté, bottines à semelles rouges aux pieds, ce samedi 4 juin. Pour fêter ces 15 ans de scène, l’Artiste a présenté son Show comme une ode à la féminité avec « Aimée  » nom de son 5ème album, mais également de sa mère, dédié à sa grand-mère centenaire.
 
Proche de la scène, entre effets spéciaux, décors, vidéos, piano qui se promène, toujours avec bienveillance, respect, Julien Doré, malicieux, très glamour, d’une démarche sûre et féline, n’a pas hésité à faire chanter son public, leur a offert une bulle de bonheur, une bouffée de vie, remplie d’autodérision, de surprises, de drôlerie, en transformant la salle en une marée humaine Ô lumières ondulantes. Une scénographie qui en a mis plein les mirettes.
 
Assister au concert de Julien Doré, c’est se laisser embarquer dans un voyage sensuel, ensorcelant, se laisser porter par son imagination débridée au Pays des merveilles. 
 

Une ovation salue Simone et Jean-Marc, ses chiens, désormais à l’image. Stars des réseaux et de l’univers du chanteur, intégrés dans des visuels aux dominantes roses et bleues, les bergers suisses se font choristes de choix pour un « Waf » d’anthologie. Le concert bascule dans une autre dimension.

On s’amusait, voilà qu’on délire alors qu’il décolle sur un tapis volant, monté sur vérins et comme posé sur un coussin de fumée. Le voici surfeur de nuages au côté de ses chiens filant sur un cumulus en plein ciel. « Oh-la-la, viens, on s’accoude aux étoiles/On a fait le tour de Verlaine et de Kafka », il s’élève encore, direction l’espace, croisant astres et satellites, un chien volant et un chat aux yeux en cœur, une licorne ou un dinosaure…

Sur fond de plage tropicale, il le « Coco Câline » son public, indiquant la température sur une fausse carte météo : 47 °C ! Surgit alors un panda qui fait à son tour danser la foule. Plus tard, ce sera un dinosaure, un bestiaire tout droit sorti de ses clips. En servant son « Chou Wasabi » d’une voix de velours, il fait encore monter la chaleur, tombant la veste pour enfiler, tous muscles saillants, un veston du même rose…

S’ouvre une page plus intimiste, moment en suspension. Une haie de nuages se forme en fond tandis qu’il entame « Moi Lolita ». Viennent les « Sunlight » de Gilbert Montagné et bien sûr « Aline » de Christophe, incontournable de ses concerts, que la salle reprend. On frissonne. Après « Kiki », lettre aux jeunes générations oscillant entre abattement et espoir, il plonge avec « Corbeau Blanc » dans la noirceur, offrant à ce titre aux accents suicidaires des tableaux d’une intensité abyssale.

Merci du fond du cœur les amis d’être là ce soir, un peu pour moi, un peu pour nous, et de me donner autant.

 

Contributors

dafe341abe46392906c73c5e61ce3285?s=70&r=g&d=mm - Bien barré ... Doré, on adore
Auteur Photographe à Tours, enjouée, rêveuse, sensible, Passionnée depuis toujours, éternelle autodidacte, j'aime la Liberté de Pensée, m'évader sur du papier glacé ... Je travaille essentiellement en lumière naturelle, en extérieur, à votre domicile, selon vos Envies. Parce que Photographier votre bonheur fait le mien ... C'est une évasion. http://sorenzapassionphotos.com/fr/accueil.html
   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.