DSC 4762 - Arthur Ely : "En 3 lettres" il vous entraîne dans un univers bien à lui

Arthur Ely : “En 3 lettres” il vous entraîne dans un univers bien à lui

61RdnZlEXWL. SS500  - Arthur Ely : "En 3 lettres" il vous entraîne dans un univers bien à lui
“En 3 lettres”, disponible ici

En début de mois, nous vous avions présenté un « coup de cœur Concertmag »  ARTHUR ELY avec le clip de son premier single « LIBRE ».

Nous vous invitons désormais à écouter son premier album « En 3 lettres », dont la sortie a lieu aujourd’hui (soit le 20 septembre).

Hier, l’artiste et toute son équipe ont convié Concertmag afin de l’écouter en avant-première dans les locaux de Sony Music avec une poignée de privilégiés.

Une invitation que nous avons accepté avec grand plaisir et qui annonçait la couleur : découverte en live des frasques d’un « sentimental hors de son temps », situé entre « chanson française » et « rap », le tout dans un « esprit rock ».

Promesse tenue. Ces ingrédients étaient bel et bien au rendez-vous pour ce showcase de présentation ! Un moment très agréable en compagnie d’un artiste entier que l’on sentait ému de présenter son œuvre.

Des manières de découvrir un album que l’on aimerait connaître plus souvent : cela permet d’avoir des impressions à chaud et de repartir avec un support pour réécouter à froid. Et surtout la personnalité de l’artiste peut influencer d’autant plus la première écoute.  

Sa guitare Fender reliée à quelques effets (delay, reverb et fuzz) pour appuyer un peu le côté rock de certains morceaux, des textes en français, des petites touches typées « chanson » à d’autres endroits, et enfin un flow de rap toujours aussi maîtrisé sur quelques titres. Au milieu de ses compositions originales, Arthur Ely s’est même offert une reprise de Daniel Balavoine : « La vie ne m’apprend rien » prouvant au passage un peu plus encore sa puissance et sa justesse vocales. Un morceau qui s’inscrivait parfaitement dans l’ambiance quelque peu torturée et dénonciatrice des titres de l’album. Comme un fou qui aurait jeté à la mer des bouteilles vides et puis espère… enfin vous m’aurez comprise 😉

Pendant le showcase, nous avons donc pu entendre : Seul à la ma fête / Panorama / La vie ne m’apprend rien / Soleil / Libre / Plus j’avance / Le temps / Envolée.

En voici quelques photos… Rendez-vous juste après pour parler de l’album.

Pour en revenir à l’album dans son ensemble… Le moins que l’on puisse dire c’est que trois lettres (ou presque) peuvent suffire à livrer tout un tas de messages qu’il vous appartient désormais de découvrir.

N’hésitez pas à le faire avant même de lire la suite de cet article pour ne pas vous spoiler. Le tout restant de surcroît une interprétation personnelle de ce que j’entends. Libre à vous de comprendre différemment certains titres.

70294480 2405137016440750 5989370471668252672 n - Arthur Ely : "En 3 lettres" il vous entraîne dans un univers bien à lui

« Le temps » : un phrasé qui traîne comme pour essayer de faire ralentir le temps qui angoisse le protagoniste alors même qu’il entre à peine dans la vie et débute sa carrière (ou presque). La sensation de devoir marquer les esprits vite pour ne pas être remplacé. Mais sans avoir envie de se trahir, en ayant peur que sa jeunesse lui échappe. L’évocation d’un départ il y a 5 ans.

« Plus j’avance » : un refrain entêtant, évoquant un paradoxe de perte de confiance face à une famille qui explose et un enfant qui apprend petit à petit à mentir sur ses sentiments et qui se sent vieux avant l’âge, qui a des pensées funestes et s’interroge sur son rôle dans la vie. Et en même temps un refus de se conformer et de se taire.

« En arrière » : vision ironique sur les hommes et sur le protagoniste en train de se séparer de sa copine, qui prend conscience de son incapacité à s’attacher sur la durée alors qu’il se rend bien compte de la beauté de ce qui s’est passé. « En amour rien ne se transforme, mais tout se perd ». Une vraie punchline pour ceux qui sont en pleine déception amoureuse.

« Panorama » : prise de recul sur un gars un peu perdu, en « crise d’ado » qui traîne et qui voit le pire en lui, qui aimerait s’éloigner de lui afin d’imaginer celui qu’il pourrait devenir.

« Envolée » : un appel à l’aide pour une personne que l’on quitte, loin des ballades romantiques de rupture. Une perte de pédales, sans remise en cause de l’autre mais bien de soi. L’heure n’est plus à remettre en cause son histoire mais à réagir alors qu’elle lui échappe.

« Interlude DSXL » : retour du thème du temps pour 45 secondes acoustiques qui viennent surprendre l’auditeur marquant comme une rupture avec le début de l’album.

« Mayday » : un signal de détresse jusque dans le titre pour un titre plus virulent, un lâcher-prise jusque dans les paroles pour son auteur mais qui revendique son droit à le faire car il n’y peut rien « il est comme ça ».

« Seul à ma fête » : que se passe-t-il quand soudain on se retrouve seul avec soi-même ? Un morceau qui offre un solo de guitare rugissant et une ambiance qui vient vous envelopper de manière efficace pour vous donner soudain le sentiment d’être comme en sourdine, détaché du monde.

« Libre » : on ne présente plus ce morceau puisque nous vous en avions parlé à l’occasion du clip. Et on accroche toujours autant pour ce single efficace !

« Dehors » (en duo avec Amie) : une déclaration d’homme sur le point d’être quitté, qui demande une dernière entrevue à celle qu’il aime. Il fait face à une femme qui n’est plus réceptive et qui n’y croit plus. Dehors c’est la requête de l’homme qui demande à parler en aparté et c’est aussi le message que lui adresse la femme en lui demandant de sortir de sa vie.

« Soleil » : dernier titre de l’album que l’on n’a pas vu passer. Le monde s’écroule, brûle face à celui qui a mal. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé…

En conclusion, nous avons bien aimé cet album et nous ne sommes pas les seuls à avoir eu un coup de cœur, puisqu’Arthur Ely fait parti des 7 lauréats du FAIR 2020 session #1 (dispositif de soutien au démarrage de carrière et de professionnalisation en musiques actuelles). L’ensemble des artistes sélectionnés seront présents sur la scène du Café de la Danse le 30 septembre prochain à partir de 19H (événement facebook : https://www.facebook.com/events/1114217192120785/).

Arthur Ely sera également en concert le 27 novembre aux Etoiles à Paris (événement facebook : https://www.facebook.com/events/385397359020857/).  

Autant de dates à ne pas manquer !

Bravo Arthur et bonne chance!

Page facebook : https://www.facebook.com/Arthurelymusique/

Laisser un commentaire