Le HELLFEST avec ses irréductibles métaleux s’installe dans un petit village nantais du nom de Clisson – Jour 1

Le HELLFEST avec ses irréductibles métaleux s’installe dans un petit village nantais du nom de Clisson – Jour 1

Didier

Photographe passionné depuis…..fort longtemps, j’ai découvert l’univers festif des concerts au niveau photographique qu’en 2016

Le festival HELLFEST qui dure 3 jours se classe dans les 10 plus grands festivals de France, 7ème pour être précis avec plus de 180.000 festivaliers (200.000 en comptant la presse et les invités), ramené à la fréquentation jour il se classe 5ème avec 60.000 festivaliers. C’est le plus grand festival « rock » et « Métal » d’Europe (derrière le festival allemand « Wacken Open Air » pour le Métal) avec la participation de 159 groupes qui vont se produire sur les 6 scènes pour cette édition 2018.

Quelques chiffres pour cette 13ème édition : la moyenne d’âge s’établit autour des 35ans. En moyenne, 75% des festivaliers sont des hommes, mais nous pourrons remarquer la présence de nombreux jeunes enfants qui accompagnent leurs parents. Le Hellfest, c’est aussi 4.000 bénévoles, 13 salariés permanents et 900 autres pour la durée du festival (secouristes, techniciens, agents de sécurité, etc…). Afin d’immortaliser ces 3 jours, nous noterons la présence de 1200 journalistes et 450 médias internationaux. Le Hellfest est de plus en plus connu hors de France d’où la présence de nombreuses personnes de diverses nationalités parmi les festivaliers.

Record ! 392.500 litres de bières et 17.000 litres de vin ont été consommés durant ces 3 jours très chauds par les festivaliers, 200 tonnes de déchets ont été triés et traités.

Parmi les nouveautés nous pouvons nous rafraîchir sous 2 murs d’eau et ne plus redouter la poussière avec l’empierrement réalisé devant les Mainstages 1 et 2. De plus, le remplacement de la carte que vous connaissiez par la puce (appelée « cashless ») attachée à votre bracelet d’accès permet de payer vos achats sur l’ensemble des espaces bars et restauration du festival.

Après ces chiffres place aux concerts ! http://www.hellfest.fr/

Mon 1er jour de festival débute à 11h00 avec le groupe de rock « Mos Generator » sur le Mainstage 1.  Les 3 américains originaires de Port Orchard, Tony Reed (guitare et chant, reconnaissable au tatouage King Crimson sur l’avant-bras), Jon Garett (batterie, qui est au centre de la scène durant tout le concert) et Sean Booth (basse). Ils se produisent pour la seconde fois (2014) au Hellfest  devant un public qui s’étoffe de minute en minute. Nous écoutons de nombreux titres de leur dernier album « Shadowlands » dont le titre éponyme qui remporte un franc succès auprès du public.  https://mosgenerator.bandcamp.com/

Setlist de Mos Generator :

  1. Lonely One Kenobi
  2. Shadowlands
  3. On The Eve
  4. Catspaw
  5. Electric Mountain Majesty

Il est 12h27. Je rejoins le Mainstage 2 où rentre en scène le groupe de rock français « Bukowski » formé en 2007. Il a à son actif 4 albums dont « The Midnight Sons » qui fut élu meilleur album rock 2011 par les auditeurs de « Oui FM ». Il est composé de Mathieu Dottel (chant, guitare), Julien Dottel (basse), Timon Stobart (batterie) et Clément Rateau (guitare). En primeur, nous avons le droit d’écouter  « Mater Dolorosa », un titre  de leur prochain album qui devrait sortir en septembre prochain. Le public est à l’image du temps, de plus en plus chaud Il exécutera le 1er « Wall Of Death » de ce Hellfest 2018 sur leur dernier morceau « Car Crasher ». http://www.bukowskitheband.com/

Setlist de Bukowski :

  1. Pillbox
  2. The Smoky Room
  3. Mater Dolorosa
  4. Condor
  5. Mysanthropia
  6. Car Crasher

De retour sur le Mainstage 1 pour le groupe britannique de hard rock « Toseland » mené par son chanteur à l’apparence d’un jeune premier des années 50, James Toseland ancien pilote de moto et champion du monde Superbike en 2004 et 2007. Il abandonnera l’univers des courses suite à une micro-fracture au poignet en 2011 pour se consacrer à la musique. Nous assistons à une prestation énergique de qualité, à noter le solo de guitare lors du titre « Life is Beautiful » qui semble fait pour les grandes scènes. James se placera derrière son clavier pour le dernier titre de ce mini concert. Les festivaliers semblent avoir apprécié la prestation du groupe. http://www.toselandmusic.com/ctr/

Setlist de Toseland :

  1. Puppet on a Chain
  2. Living in the Moment
  3. Life Is Beautiful
  4. Crash Landing
  5. Hearts and Bones

J’ai l’impression d’être une balle de tennis, allant du Mainstage 1 au Mainstage 2 où je me retrouve pour la 3ème fois de la matinée. Il est près de 13h lorsque les anglais du groupe de metal progressif « Tesseract » arrivent sur cette belle et grande scène de 18m de longueur. Daniel Tompkins, le chanteur du groupe, donne le ton avec le titre « Luminary », extrait de leur 4ème et dernier album « Sonder », qui est sorti le 20 avril 2018. Les musiciens du groupe sont de véritables virtuoses. Le public apprécie, un circle pit se forme et nous voyons passer de nombreux slamers. https://www.tesseractband.co.uk/

Setlist de TESSERACT

1- Luminary
2- Of Mind – Nocturne
3- Concealing Fate, Part 2: Deception
4- Concealing Fate, Part 3: The Impossible
5- Smile
6- King
7- Concealing Fate, Part 1: Acceptance

Chris Slade (ancien membre du groupe « AC/DC ») et son groupe « The Chris Slade Timeline » entrent en scène en interprétant une chanson d’AC/DC « Dirty deeds done dirt cheap », personnellement je préfère la version de 1990 de Joan Jett (normal j’en suis fan :-)) https://www.youtube.com/watch?v=2sky1tt8vLA&feature=youtu.be

Nous écoutons 6 reprises d’AC/DC sur les 8 titres joués, les deux chanteurs se relaient tour à tour, certes ils prennent du plaisir et les festivaliers apprécient, mais rien ne vaut l’original AC/DC. Les deux autres titres joués sont respectivement « Parisienne Walkways » de Gary Moore et « Comfortably Numb » des Pink Floyd. Chris Slade en profite entre deux chansons pour nous faire partager les noms de grands artistes avec lesquels il a joué, parmi eux AC/DC bien sûr, Gary Moore, Asia, etc…

Belle prestation dans l’ensemble, comparable à celle effectuée au festival de Chauny auquel j’ai assisté il y a un peu plus d’un an.  https://www.concertmag.net/rock-aisne-festival-a-chauny-1er-avril-2017-tetes-daffiches-nina-hagen-chris-slade-batteur-dacdc/

Setlist de The Chris Slade Timeline :

1- Dirty Deeds Done Dirt Cheap (AC/DC cover)
2- The Razors Edge (AC/DC cover)
3- Parisienne Walkways (Gary Moore cover)
4- Back in Black (AC/DC cover)
5- Comfortably Numb (Pink Floyd cover)
6- Thunderstruck (AC/DC cover)
7- Riff Raff (AC/DC cover)
8- Highway to Hell (AC/DC cover)

C’est au tour du groupe américain de metal progressif « Sons of Apollo » de se produire sur le Mainstage 2. Mike Portnoy (batterie, chœurs) et Derek Sherinian (claviers, synthétiseurs) viennent tous deux du groupe « Dream Theather » et sont à l’origine du groupe « Sons of Apollo », ils sont accompagnés de Jeff Scott Soto (chanteur, ex- Journey), Ron Thal “Bumblefoot” (guitare, chœurs, ex- Guns N ‘Roses) et de Billy Sheehan (basse). Après leur premier album  « Psychotic Symphony » produit par Portnoy et Sherinian et sorti le 20 octobre 2017, les voici en tournée Européenne avec un passage au Hellfest. Première impression, c’est un groupe qui envoie avec ses guitares particulières à deux manches, la suite du set ne le démentira pas, malgré quelques problèmes de qualité sonore de de Jeff qui semble avoir un peu de mal dans les aigus. « Signs of the Time » est un des meilleurs moments faisant la part belle aux musiciens

Nous les retrouverons avec plaisir le 12 octobre prochain à l’Elysée Montmartre dans le cadre de leur tournée Européenne (mais aussi à Toulouse le 13 octobre, à Lyon le 15 octobre et à Strasbourg le 16 octobre). https://www.sonsofapollo.com/home

Setlist de Sons of Apollo :

1- God of the Sun
2- Signs of the Time
3- Divine Addiction
4- Labyrinth
5- Lost in Oblivion
6- Alive
7- Coming Home

Il est prêt de 16h lorsqu’apparaît Angry Anderson le chanteur du groupe de hard rock australien « Rose Tattoo » suivi de ses acolytes Mark Evans (basse, ex- AC/DC), Bob Spencer (guitare, ex- The Angels), Dai Pritchard (guitare) et John « Watto » Watson (batterie). Ce groupe a été constitué à Sydney par le guitariste Peter Wells en 1976. C’est un mixte de  blues et de rock que nous offre « Rose Tattoo » pendant une cinquantaine de minutes. Angry sirotera pendant la durée du set une bouteille qui me semble être du whisky. C’est un très bon moment que nous offre « Rose Tattoo », parfois un peu nostalgique, le groupe a perdu quelques-uns de ses membres ces dernières années, c’est un groupe renouvelé qui se montre devant nous aujourd’hui. Peut-être un nouveau départ et un nouvel album ?  http://www.rosetattoo.com.au/

Setlist de Rose Tattoo :

1- One of the Boys
2- Assault & Battery
3- Tramp
4- Rock ‘n’ Roll Outlaw
5- Standover Man
6- Once in a Lifetime
7- 1854
8- Rock ‘n’ Roll Is King
9- Scarred for Life
10- Bad Boy for Love
11- We Can’t Be Beaten
12- Nice Boys

De retour sur le Mainstage 2, c’est au tour du groupe hardcore américain “Converge” créé en 1990 par le chanteur Jacob Bannon et le guitariste Kurt Ballou (guitare, chant, basse, claviers, percussions), ils sont rejoint en 1999 par Nate Newton (basse, chant) et Ben Koller (batterie). Le groupe déploie une belle énergie et Jacob fait sans cesse des allers-retours sur la longueur de la scène, tandis que Ben Koller se déchaîne sur ses fûts. Le set est principalement composé de titres venant de leur dernier album « The Dusk In US » sorti le 03 novembre 2017. L’énergie qui se dégage est communicative, les circle pits se multiplient. https://www.convergecult.com/

Setlist de Converge :

1- Reptilian
2- Dark Horse
3- Aimless Arrow
4- Under Duress
5- A Single Tear
6- Heartless
7- Trigger
8- Eagles Become Vultures
9- Empty on the Inside
10- I Can Tell You About Pain
11- Last Light
12- Concubine

Un des moments les plus attendus de cette chaude journée est l’arrivée sur la scène du Mainstage 1 de de la rockeuse américaine Joan Jett. Celle-ci nous apparait avec son débardeur noir qu’elle affectionne depuis ses débuts dans les années 1970 lorsqu’elle était la guitariste et compositrice du groupe féminin de glam-rock « The Runaways », rendu célèbre par le succès de la chanson « Cherry Bomb ». Elle quitte le groupe en 1980 pour monter son propre groupe « Joan Jett and the Blackhearts » elle créera le label « Blackhearts Records » avec l’aide de Kenny Laguna qui est au clavier aujourd’hui. Ils sont accompagnés par Dougie Needles (guitare) qui l’accompagne depuis bientôt 20 ans, Hal Selzer (basse) et Michael Mcdermott (batterie). C’est parti pour un set d’une cinquantaine de minutes, beaucoup de tubes dont « Cherry Bomb » https://youtu.be/uW_HCdU-qEY des Runaway, « Do You Wanna Touch Me » de Gary Glitter, « Bad Reputation », « Love Is Pain » et le fabuleux « I Love Rock ‘n’ Roll » https://youtu.be/wMsazR6Tnf8 qui déchaine littéralement les festivaliers qui reprennent en cœur cette chanson, à coup sûr un moment fort de ce set, les slammers de déversent régulièrement devant la scène. Etant un Fan de la 1ère heure, je ne peux que me réjouir de la très belle prestation de Joan. http://joanjett.com/

Setlist de Joan Jett and the Blackhearts :

1- Victim of Circumstance
2- Cherry Bomb (The Runaways cover)
3- Do You Wanna Touch Me (Oh Yeah) (Gary Glitter cover)
4- Bad Reputation
5- You Drive Me Wild (The Runaways cover)
6- Light of Day (Bruce Springsteen cover)
7- The French Song
8- Love Is Pain
9- Fetish
10- Fresh Start
11- I Love Rock ‘n’ Roll (The Arrows cover)
12- Crimson & Clover
13- I Hate Myself for Loving You

C’est au tour du groupe suédois de metal progressif « Meshuggah » de monter sur scène https://www.meshuggah.net/ Le batteur Tomas Haake rentre en premier, suivi de Jens Kidman (chant), Fredrik Thordendal (guitare), Dick Lövgren (basse) et Mârten Hagström (guitare rythmique). Meshuggah qui s’est formé en 1987 a de nombreux festivals à son actif depuis leur tournée européenne en 1995 où ils assuraient la première partie du groupe « Machine Head ». L’utilisation de guitares à huit cordes et leur style extrême-chaotique a été remarqué par le magazine « Rolling Stone » qui indique Meshuggah comme l’un des dix plus importants groupes de heavy metal. Nous assistons à un show bien rôdé, avec pour débuter « Born in dissonnance » de leur dernier album « The Violent Sleep of Reason » sorti en 2016, les titres s’enchaînent, efficaces. La musique brutale du groupe trouve son écho sur les nombreux slameurs qui se déversent en nombre sur le pit. C’est avec « Demiurge » de l’album « Koloss » sortie en 2012 que finira ce set apocalyptique. https://youtu.be/UISjgLu8zBA

Setlist de Meshuggah :

1- Born in Dissonance
2- Do Not Look Down
3- The Hurt that Finds You First
4- Rational Gaze
5- Pravus
6- Violent Sleep of Reason
7- Bleed
8- Demiurge

Il est près de 18h30 sur le Mainstage 1 où rentre en scène le groupe de hard rock suédois de légende « Europe » http://www.europetheband.com/  Créé en 1978, couronné de succès dans les années 1980, il se met en pause en 1992, les membres voulant réaliser des albums solos, puis un concert lors du réveillon du nouvel an en 1999. Il faudra attendre 2003 pour que ce groupe se reforme avec Joey Tempest (chant, guitare acoustique), John Norum (guitare, guitare rythmique, chœurs), John Levén (basse, chœurs), Mic Michaeli (clavier, piano, keytar, chœurs) et Ian Haugland (batterie, percussions, chœurs). Très prolifique avec pas moins de 11 albums, dont six depuis 2003. C’est leur 3ème participation au Hellfest, ils le font dans le cadre de leur tournée promotionnelle de leur dernier album « Walk The Earth ». C’est avec le titre éponyme de cet album que commence le set composé principalement de titres provenant des quatre derniers albums. C’est avec leur méga hit « The Final Countdown » que ce terminera leur prestation. https://youtu.be/9jK-NcRmVcw 

Setlist de EUROPE :

1- The Siege
2- Rock the Night
3- Scream of Anger
4- Prelude @Tape
5- Last Look at Eden
6- Firebox
7- Sign of the Times [preceded by keyboard solo] 8- War of Kings
9- Hole in My Pocket
10- Superstitious
11- Cherokee
12- The Final Countdown

Ma journée se termine sur le Mainstage 2 avec « Steven Wilson », chanteur compositeur depuis 1987 qui nous vient du Royaume-Uni. C’est en 2017 que sort son cinquième album « To the Bone » d’inspiration Pop Progressive. Il se présente devant nous pieds nus, la guitare en bandoulière. A noter l’excellente performance musicale et scénique de Nick Beggs à la basse qui accompagne Steven Wilson depuis 2011. Steven a concocté une Setlist adaptée aux festivaliers, alternant des moments intenses faisant la part belle à la basse de Nick Beggs à des moments plus doux comme avec le titre « Pariah » où il fait un duo étonnant avec Ninet Tayeb qui se trouve derrière lui sur grand écran https://youtu.be/kipkJy9_5lw Un moment sympathique avec cette belle prestation de Steven Wilson. http://stevenwilsonhq.com/sw/

Setlist de Steven Wilson :

1- Home Invasion
2- Regret #9
3- Pariah
4- The Creator Has a Mastertape (Porcupine Tree cover)
5- People Who Eat Darkness
6- Ancestral
7- Vermillioncore
8- Sleep Together (Porcupine Tree cover)

N’ayant pas pu obtenir les accréditations nécessaires pour « Hollywood Vampire » (avec Alice Cooper, Johnny Depp et Joe Perry) ; « Stone Sour » et « Judas Priest », Il est temps pour moi de plier bagage pour cette première journée. Voici 4 photos du groupe « Hollywood Vampire » prisent d’assez loin.

Ci-dessous quelques photos qui montrent l’ambiance festive du HELLFEST

Laisser un commentaire