FB IMG 1661852674258  01 784x425 - Johndoe : "Le zouk a toujours été dans ma vie"

Johndoe : “Le zouk a toujours été dans ma vie”

Concert Mag a rencontré Johndoe, artiste-auteur-compositeur et interprète. Il nous raconte son parcours.

FB IMG 1661852635892 1024x764 - Johndoe : "Le zouk a toujours été dans ma vie"
Photo : Air Studio.

C’est dans son domicile de Deuil-la-Barre dans le Val d’Oise que Johndoe nous reçoit en plein mois d’août. La chaleur frappe encore très fort mais l’enthousiasme est là. Agenouillé dans son salon, le chanteur nous raconte son parcours avec modestie. Sa passion pour la musique, Johndoe la doit en partie à sa mère guadeloupéenne et à son père ivoirien. « Mon père aimait beaucoup la variété française mais aussi la musique ivoirienne notamment Alpha Blondy. Il m’a fait écouter Joe Dassin. Ma mère était plus dans le zouk, le compas… », se souvient-il. Finalement, c’est le zouk qui l’emporte : « Le zouk a toujours été dans ma vie, par rapport à ma mère et à mon oncle. J’aimais le zouk. Je sortais beaucoup en boîte. » Et c’est ce style musical que le jeune artiste (qui ne s’appelle pas encore Johndoe) va emprunter pour sa première expérience en studio en 2001. Avec un ami, ils forment le groupe Hold up zouk. Ensemble, ils sortent un premier album intitulé Laisser. Johndoe se souvient de cette expérience comme si c’était hier. « C’est une connaissance en commun qui nous a fait entrer chez Moradisc. Les vrais souvenirs que je garde, ce sont les studios. On a travaillé avec des musiciens et des compositeurs qu’on lisait sur les pochettes de CD. C’était incroyable ! »

La scène avant tout

Après cette première expérience en studio d’enregistrement, Johndoe a des envies de scène comme Marvin Gaye, son artiste de référence et l’un de ses piliers en matière de musique. En 2003, Johndoe rejoint le groupe Sounalighta « Funk, Soul, Reggae » où il reste jusqu’en 2010. Pour le chanteur, ce groupe avec lequel il a embrassé plusieurs styles de musique, est un accélérateur de carrière. « J’ai vraiment trouvé ma voie, avoue-t-il. On a beaucoup beaucoup tourné ! Nous étions trois chanteurs et des musiciens. J’ai appris à composer avec des musiciens. En fait, j’ai appris mon métier ». Fort de cette expérience scénique et s’étant constitué un bagage musical solide, Johndoe se lance alors dans l’aventure solo. En 2012, il sort son premier album Don’t panik je suis un zoukeur. Un titre certes provocateur mais qui lui permet toutefois de revenir à sa base, le zouk. « J’étais provocateur dans la musique, sur la façon dont je m’exprimais. J’avais la grande gueule », dit-il avec des éclats de rire. Cela lui aura plutôt été bénéfique car il revient cinq ans plus tard avec l’album Négus. Un album marqué par le succès des titres Mwen léw et Sexual Game. Une reprise du titre de Marvin Gaye, Sexuel Healing en version kizomba où le chanteur mêle l’anglais et le créole. Il en profite même pour fredonner un petit air de cette sublime chanson.

Après le zouk, place au Rn’b pour Johndoe avec la sortie cinq ans plus tard de son EP Ba Nonma sous son label UmoyaLM Records. « Ba Nonma » signifie d’ailleurs « nouveau-né ». D’où l’échographie qui figure sur la pochette de cet EP de sept titres. Un EP marqué entre autres par le succès des titres Honey et Ferme les yeux dont le clip est disponible sur YouTube. La plupart des chansons de l’EP nous font replonger dans l’apogée du Rn’b dans les années 2000. « Je voulais amener les gens vers un nouvel univers, explique Johndoe. On dit que le Rn’b en France est mort.»

Heureusement, grâce à ses chansons dans l’EP, Johndoe nous prouve que le Rn’b est toujours en vie. Les titres À bout de souffle, Pourquoi tu forces et Road Trip avec Esco peuvent en témoigner. Pour Ba Nomma, le chanteur s’est entouré d’une équipe de cinq personnes dont ses compositeurs Oliver et Vince. Et puisque Johndoe est un homme de scène, il veut pousser la promo de Ba Nonma encore plus loin : « Avec mon équipe, on aimerait faire de la scène tous les jours. Il n’y a que la scène qui m’intéresse ! ». En parlant de scène, l’artiste de 42 ans, qui s’était produit à l’Etage à Paris en mars dernier, annonce un nouveau showcase pour le mois d’octobre avec quelques nouveautés : « Je monte un groupe où va associer numérique et analogie. On va travailler sur les sons de l’EP avec un batteur, un bassiste et un guitariste. » Et ce groupe verra bien le jour le mardi 18 octobre prochain où Johndoe et son “live band” se représenteront aux Trois Mailletz à Paris à partir de 20h. Une rentrée 2022 qui s’annonce d’ores et déjà riche pour Johndoe ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.